samedi, janvier 28, 2023
HomeActualités GyneasJournée internationale des droits des femmes

Journée internationale des droits des femmes

Célébrée tous les ans à la date du 8 mars, la Journée internationale des droits des femmes est une journée qui vise à mettre en avant la lutte pour les droits des femmes. Une journée de mobilisation dont les origines remontent à plus d’un siècle.

Une revendication internationale

Reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977, la Journée internationale des droits des femmes trouve son origine dans les diverses manifestations de femmes au début du XXème siècle, en Europe et aux Etats-Unis. Elles réclament de meilleures conditions de travail, le droit de vote, et la fin des discriminations entre les hommes et les femmes.

Le 28 février 1909, la Journée nationale des femmes (National Woman’s Day) est célébrée aux Etats-Unis, à l’initiative des femmes socialistes américaines. Cette journée est organisée chaque année et célèbre l’égalité des droits civiques. En Europe, c’est lors de la deuxième conférence internationale des femmes socialistes, en 1910 à Copenhague, que Clara Zetkin appelle les femmes socialistes de tous les pays à organiser chaque année une journée internationale des femmes. Cette enseignante, journaliste et femme politique allemande, est devenue la figure historique du féminisme mais surtout la réelle instigatrice de la Journée internationale des femmes. Ainsi, cette journée est célébrée le 19 mars 1911, en Autriche, Allemagne, Danemark et Suisse. En Russie, une Journée internationale des ouvrières est célébrée le 3 mars 1913 puis le 8 mars 1914. C’est d’ailleurs le premier pays qui officialise en 1921 cette journée, en la rendant fériée mais non chômée. Après la seconde guerre mondiale, de nombreux pays célèbrent cette journée du 8 mars. En 1977, les Nations Unies officialise cette date. Quelques années plus tard, en 1982, c’est au tour de la France de reconnaître le 8 mars comme étant la Journée internationale des droits des femmes. Et ce, grâce à Yvette Roudy, alors ministre déléguée aux droits des femmes.  Cette journée est marquée par la réception donnée par le président de la République François Mitterrand, qui reçoit 450 femmes, représentant les milieux socio-professionnels et certaines associations. Il annonce alors plusieurs mesures en faveur des droits des femmes.

 

L’égalité aujourd’hui pour un avenir durable

Lors de cette réception, le président de la République François Mitterrand, annonce que : « Les objectifs sont clairs à définir. Ils répondent aux exigences que manifestent les femmes d’aujourd’hui : autonomie, égalité et dignité ». Le 8 mars, est donc une journée de sensibilisation et de mobilisation destinée à la lutte pour les droits des femmes. L’objectif de cette journée est de réfléchir aux conditions des femmes dans le monde et de lutter contre les inégalités face aux hommes. Ainsi, dans le monde entier des évènements sont organisés par des groupes et des associations de femmes militantes. L’objectif est de faire entendre leurs revendications, améliorer la situation des femmes, faire un point sur leur place dans la société, mettre en avant leur participation à la vie sociale, politique et économique, mais aussi de fêter les victoires et les acquis. Lors de la proclamation de la journée internationale de droits des femmes en 1977, l’Organisation des Nations Unies déclare : « C’est un jour où les femmes sont reconnues pour leurs réalisations, sans égard aux divisions, qu’elles soient nationales, ethniques, linguistiques, culturelles, économiques ou politiques. C’est une occasion de faire le point sur les luttes et les réalisations passées, et surtout, de préparer l’avenir et les opportunités qui attendent les futures générations de femmes. Le monde a réalisé des avancées sans précédent, mais aucun pays n’a encore atteint l’égalité des sexes ».

Chaque année, les Nations Unies définissent un thème. Ce dernier fait l’objet de débats et actions. Cette année, pour l’édition 2022 de la Journée internationale des femmes, le thème proposé est « L’égalité aujourd’hui pour un avenir durable ». Il s’inscrit bien évidemment dans le contexte de la crise climatique. Les femmes sont plus vulnérables aux changements climatiques. Elles constituent la majorité des populations les plus pauvres et des plus dépendantes aux ressources naturelles que la crise climatique menace le plus. Les débats de cette année porteront sur la progression de la légalité entre les hommes et les femmes dans ce contexte de crise climatique et sur la réduction des risques de catastrophes.

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments